Skip to content

Démos fait de la musique un vecteur de cohésion sociale

En 2021, La Fondation TotalEnergies a renouvelé son soutien pour 3 ans au programme Démos avec un objectif : favoriser la pratique musicale sur le long terme pour des jeunes en situation de fragilité sociale ou éloignés de la culture.

4 800… C’est le nombre d’enfants qui, depuis 2010, ont intégré le programme Démos. Ce Dispositif d’Éducation Musicale et Orchestrale à vocation Sociale, piloté par la Philharmonie de Paris, a déjà permis la création d’une cinquantaine d’orchestres dans toute la France.

À la genèse du projet, la conviction que le déterminisme social peut être combattu par l’éducation artistique. Démos propose un apprentissage de la musique classique à des enfants ayant difficilement accès à la pratique. Chacun bénéficie d’un instrument pendant trois ans, de 4 heures de cours par semaine conduits selon une pédagogie innovante basée sur le collectif et l’oralité, de la participation à un orchestre et un concert de fin de saison.

La méthode a fait ses preuves : les enfants y gagnent en concentration, en rigueur, en confiance, en respect de l’autre. Le déploiement de Démos s’inscrit dans une démarche de coconstruction entre État, collectivités, partenaires, professionnels culturels et sociaux et familles.

 

En 2021, la Fondation TotalEnergies, mécène du programme, a renouvelé son soutien pour 3 ans et choisi d’accompagner spécifiquement les orchestres Démos dits « avancés ». Ces orchestres rassemblent des jeunes ayant accompli leur initiation instrumentale et orchestrale au sein de Démos, mais issus de parcours et de cycles d’apprentissages différents. La création d’un orchestre avancé intervient lorsqu’au moins une centaine d’enfants d’un même territoire a terminé son parcours de trois ans. On compte aujourd’hui 3 orchestres avancés en Île-de-France et 10 en régions1; soit 400 jeunes impliqués.

Ce dispositif vise d’abord à accompagner les jeunes sur du plus long terme et de permettre à ceux qui le souhaitent de poursuivre leur pratique instrumentale tout en gardant un lien avec le jeu en orchestre. Il s’agit d’autre part de stimuler le développement de cette pratique collective dans les écoles de musiques et de renforcer la coopération entre les différents acteurs au sein des territoires.
 

1 Mulhouse, Montbéliard, Clermont-Ferrand, Brest, Strasbourg, Centre Bretagne (CCKB), Thouars, La Guadeloupe, Metz et La Réunion